19 MARS 1962 : LE CESSEZ-LE-FEU… ou la victoire du FLN

 

LA   V E R I T ? ?… C’EST  CELLE-L? !

 

La lutte pour l’indépendance de son pays justifie telle de telles atrocités ? Repentance pour qui ?

 

 «Il y a eu envers les Pieds-Noirs des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers des civils innocents et dont l’Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens »  (Hocine Aït Ahmed – chef historique du FLN)

 

         Pour ceux qui n’acceptent pas la vérité, voici quelques photos édifiantes de la barbarie du FLN… et, çà, ce n’est pas de la fiction : ce sont des preuves !

 

Visages lacérés où les yeux manquaient, nez et lèvres tranchés, gorges béantes, corps mutilés, alignement de femmes et d’enfants éventrés, la tête fracassée, le sexe tailladé ; c’était le lot journalier de la terreur… Malheur à ceux qui refusaient d’obéir au FLN ! Un sadisme et une cruauté sans pareil à l’égard de ceux qui aimaient la France…

           

« La France a commis un crime : Elle a livré le peuple algérien aux tueurs et aux assassins ! »  (Ferhat Abbas (ex-leader du FLN)

 

Ci-dessous, Musulmans assassinés à l’Arba, le 27 février 1956. Les tortionnaires ont commencé par leur couper les paupières, le nez et les lèvres, avant de les achever tandis qu’un troisième était égorgé devant sa famille… pour l’exemple.

                                     

 

« O croyants, combattez les infidèles qui vous avoisinent, qu’ils trouvent toujours en vous un rude accueil. Sachez que Dieu est avec vous et avec ceux qui le craignent » (Coran - IX, 124)

 

Le 27 mai 1956, au douar Zenata (Remchi), deux musulmans, Benmrah Bouhassoun et Beneli Mohamed, sont torturés par les fellaghas. Ils sont décapités à la sape après avoir eu la verge sectionnée et enfoncée dans la bouche

« C’est pourquoi il est de notre devoir d’éprouver une haine farouche et de la léguer à nos descendants… La haine est le premier sentiment des nations, et le premier jalon dans l’édification des peuples » (A. H. Bakouri)

30 janvier 1956, à Sétif, toute la famille Cruet sera sauvagement assassinée. Voici deux des enfants, le père et le  grand-père

                  

 

« Le facteur initial et fondamental qui doit décider les Français à évacuer et à déguerpir est un climat de terreur permanente et de peur perpétuelle » (Radios Arabes)

 

Le massacre de Hel Halia, le 20 aout 1955, qui anéantit des familles entières, fit cinquante victimes européennes, dont un grand nombre d’enfants qui furent sauvagement mutilés et égorgés.

  

 

« Aucune cause ne justifie la mort de l’innocent. Si je peux comprendre le combattant d’une libération, je n’ai que dégoût devant le tueur d’enfants » (Albert CAMUS)

 

3 mai 1956, trois écoliers européens d’Ain-Beida sont attirés dans

un guet-apens par un de leurs petits camarades de classe musulman ;

les corps des enfants, martyrisés, lapidés et massacrés, furent

retrouvés dans un puits le 23 juin 1956                                                    Les bombes dans les lieux publics ont fait des centaines de petites victimes innocentes…

            

 

« Quittez le pays, quittez l’Algérie arabe, avant que l’on ne vous chasse, que l’on ne vous jette dehors comme des bêtes féroces et nuisibles » (Radios Arabes)

 

1er Mars 1962 – Assassinat de Mme Josette ORTEGA, concierge du stade de la Marsa, à Mers el-Kébir, et de ses deux enfants de 4 et 5 ans. Leurs têtes seront fracassées contre la muraille

              

 

« Le cœur de chaque algérien est rempli de haine à l’égard des Français… Chaque algérien est résolu à sacrifier son sang et sa vie pour élever l’étendard de son pays sur le corps des Français » (Radios Arabes)

 

Ci-dessous, le 18 juillet 1956, dix-neuf militaires tombent dans une embuscade en se rendant

au Douar de Sidi-Ghalem où ils étaient invités par des indigènes infiltrés et terrorisés par

le FLN. Ils furent tous atrocement  mutilés.

   

 

« Mes frères, ne tuez pas seulement… mais mutilez vos ennemis… crevez-leur les yeux, coupez-leur les bras et pendez-lez »  (« Ez Zitouna », organe du FLN)

 

                                                          

« Les tortionnaires se ressemblent… Ils appartiennent à la sombre patrie des bourreaux et insultent d’abord à notre espèce avant de salir, au hasard des guerres, le drapeau de leurs victimes » (Pierre Moinot)

Les massacres collectifs furent innombrables… El-Halia, Ain-Manaa, Wagram, Melouza, entre autres, où plus de

300 personnes furent exécutées le 28 Mai 1957. Villages entiers rayés de la carte. Ci-dessous, le massacre d’Honaine

                                        

Ci-dessus, deux victimes musulmanes égorgées         

comme  des moutons selon la coutume du FLN

 

Et pour ceux qui n’y croient pas encore, visitez ce lien : http://guerredalgerie.fr/ Cliquez sur « photos », colonne de gauche puis, de même, sur l’évènement souhaité dans la colonne de droite.

 

Prochainement : « La tragédie du 26 Mars 1962, rue d’Isly, à Alger »

 

 « J’ai choisi la discipline, mais choisissant la discipline, j’ai également choisi avec mes concitoyens et la nation française, la honte d’un abandon, et pour ceux qui, n’ayant pas supporté cette honte, se sont révoltés contre elle, l’Histoire dira peut-être que leur crime est moins grand que le nôtre » (Général De Pouilly)

 

18 Mai 1956 : Le massacre de PALESTRO. Une section du 11/9e R.I.C tombe dans une embuscade. Vingt jeunes soldats appelés sont effroyablement massacrés. Le lieutenant Pierre Poinsignon, commandant la 6ème compagnie de cette même unité venue en renfort, témoignera : « Des cadavres mutilés gisent dans les buissons. Les yeux sont crevés, les corps vidés de leurs entrailles et bourrés de cailloux. Les testicules ont été coupés, et les pieds zébrés de coups de couteaux… »

 

Les âmes chagrines  disent que la conscience se révolte au spectacle de certains crimes. Nous sommes ici en présence du plus monstrueux florilège du crime qui puisse se concevoir. Les images qui représentent les milliers d’êtres humains égorgés, les visages mutilés au couteau, les corps écorchés vivants à coups de canif, les enfants déchiquetés par les bombes, les femmes éventrées, les hommes suspendus encore vivants aux crochets d’abattoir, reculent les limites assignées à l’horreur. Cependant, ces atrocités ne révoltent pas les consciences contre  les criminels, mais contre les victimes. Ces milliers d’innocents versés dans la mort servent à apitoyer le monde sur le sort des bourreaux. Le réflexe n’est pas l’indignation devant la sauvagerie du crime, mais la compassion envers les assassins à qui l’on trouve toujours une excuse à leurs actes « désespérés »… Et si les survivants excédés ou terrorisés prennent les armes pour sauver leur vie, dans un geste de défense aussi vieux que les âges –c’est ce qui s’est passé en 1961 et 1962 avec l’avènement de l’OAS-, ils soulèvent contre eux l’unanimité des censeurs.

 

 Et pourtant, en dépit de ces atrocités, c’est l’Algérie qui voudrait condamner la France pour ses « crimes » et traite nos soldats de « criminels de guerre »…

 

Déposé sur la table du président de l'Assemblée, Abdelaziz Ziari, ce document comporte 15 articles, portant sur le passé colonial de la France en Algérie. Des indemnités sur la totalité de la période coloniale (1830-1962), seraient demandées à la France par l'Algérie, en suivant l'exemple libyen qui a obtenu des réparations de l'Italie en 2008. Alger réclamera aussi l'indemnisation des victimes des essais nucléaires de l'armée française, effectués à Reggane au Sud du pays, entre février 1960 et Avril 1961. Ce projet de loi inclut également un chapitre concernant la traduction devant les instances internationales des criminels de guerre, se basant sur les conventions de Genève. Visitez ces cinq liens :

 

- Algérie : 120 députés soutiennent un projet de loi condamnant le colonialisme : cliquez

http://www.lesafriques.com/algerie/algerie-120-deputes-soutiennent-un-projet-de-loi-condamnant-le-colonia.html?Itemid=38?articleid=21788

 

- Un projet de loi incriminant le colonialisme bientôt soumis à l’APN : cliquez

http://www.tsa-algerie.com/diplomatie/un-projet-de-loi-incriminant-le-colonialisme-bientot-soumis-a_9214.html

 

- Une Loi pour "criminaliser la colonisation" en Algérie. Une réponse au rôle bénéfique de la colonisation : cliquez ici

 

- Et sur celui-ci : http://www.comite-veritas.com/newss/pop_news.asp?id=340

 

- Cependant, le Parti Communiste soutient la proposition des députés du FLN. Cliquez sur ce lien :  Le PCF soutient l’initiative des députés algériens | City DZ  

Ces déclarations haineuses des uns et ce silence des autres, m’inspire cette phrase (très conjoncturelle) tirée d’un discours de la servitude volontaire d’Etienne de la Boêtie qui devrait inspirer nos gouvernants : « Les tyrans, plus ils pillent, plus ils exigent, plus ils ruinent et détruisent plus on leur baille, plus on les sert, de tant plus ils se fortifient et deviennent toujours plus forts et plus frais pour anéantir et détruire tout »

-         19 Mars 1962 : Le Cessez-le-feu (cliquez) : http://popodoran.canalblog.com/archives/2009/03/05/12835509.html

-          Quand donc cessera l’odieuse négation des drames que nous avons vécus après le 19 mars ? cliquez sur : suite

 

- Vérité sur le crime d’Etat du 19 Mars 1962 (Cliquez) :   http://pagesperso-orange.fr/jeunepiednoir/jpn.wst 

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Monsieur le président,  exprimez-vous sur ce sujet ! Qui doit être « criminalisée » : La France ou l’Algérie ?

                                      

           

Abdelaziz BOUTEFLIKA et Nicolas SARKOZY en décembre 2007 à Alger - Lors de sa visite de Constantine, en décembre 2007, le chef de l’État avait qualifié le système colonial d’« injuste par nature », mais il avait repoussé toute idée de repentance, qualifiée de « haine de soi »

 

            Le 31 mars 2007, lors d’une réunion des représentants de harkis au siège de campagne de l’UMP, vous avez pris un engagement solennel envers ces derniers : "Si je suis élu, je veux reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des Harkis et d'autres milliers de "musulmans français" qui lui avaient fait confiance, afin que l'oubli ne les assassine pas une nouvelle fois". A ce jour, cet engagement n’a toujours pas été tenu… Par ailleurs, reconnaîtriez-vous, enfin, que le 19 Mars 1962 doit-être considéré comme « crime d’Etat » ?

 

 

- Pour revoir tous les articles de José CASTANO, cliquer sur : - Mes Articles -

 

- Ses ouvrages, cliquez sur : -Ma Bibliographie –

 

- Ses conférences, cliquez sur : - Mes Conférences –

 

 

En application des articles 27 et 34 de la loi dite "Informatique et libertés" No 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit de modification ou de suppression des données qui vous concernent. Vous ne recevrez jamais des courriels commerciaux ou pièces jointes de publicité de notre part.

Vous pouvez vous rayer de cette diffusion à tout moment en faisant « répondre », puis en tapant « NON »

 

Chers amis,

            Nombreux sont ceux qui se croient obligés, par plaisir, de transférer systématiquement les mails qu’ils reçoivent sans prendre la peine de les sélectionner. Il en résulte des envois farfelus qui surchargent les messageries d’autant plus que la plupart de ces derniers proviennent de gens mal intentionnés qui, par un texte attractif, vous incitent à le transmettre à vos amis. Le but pour eux est de récupérer le maximum d’adresses par un microprogramme et une adresse cachée. Cette liste d’adresses validées est ensuite vendue très cher à un commercial qui va nous polluer de messages publicitaires. En ce qui me concerne, le but d’internet réside essentiellement dans l’œuvre de mémoire que ce vecteur me permet de réaliser auprès d’un nombre important et diversifié de contacts. Par conséquent, afin de limiter mes réceptions par trop anarchiques, je demande donc aux adeptes et «accrocs » de ces transferts de ne plus rien m’adresser qui ne correspondrait à l’objectif que je me suis fixé.

           En vous remerciant – Bien cordialement – José CASTANO

     

     

     

     

     
     

     

 
     

 
     
     
     
 

Retour